Le panier ne contient aucun article

Ajouter au panier
Parution2014
Nombre de page48 pages
Reliurecollé
Dimension17x23 cm
Contenuillustrations couleur
ISBN9782884747332

Aloïse

Sous la direction de Sarah Lombardi

Aloïse commence à écrire et à dessiner peu après son entrée à l’hôpital. Dans les premières années, elle crée en cachette, utilisant de la mine de plomb et de l’encre. Le personnel médical et des visiteurs lui offrent du matériel, notamment des crayons de couleur, de la gouache et des craies grasses. Au besoin, elle se sert aussi du suc de pétales de fleurs écrasés et de pâte dentifrice.
Elle crée une cosmogonie peuplée de personnages princiers et d’héroïnes historiques au regard noyé de bleu, comme Marie Stuart, la reine Élisabeth ou Cléopâtre, et de couples d’amoureux directement issus de sa passion pour le théâtre et l’opéra. En 1941, Jacqueline Porret-Forel, médecin généraliste, fait la connaissance d’Aloïse, avec qui elle noue une relation privilégiée. Dans les années 50, elle fait découvrir ses oeuvres à Jean Dubuffet, qui comprend immédiatement qu’il est en présence d’une production exceptionnelle. Aloïse devient une figure emblématique de l’Art Brut. Dubuffet suit l’évolution de son travail et constitue ainsi un corpus unique au monde, qui forme le coeur du fonds de la Collection de l’Art Brut.

Aloïse (1886-1964), née à Lausanne, rêve d’être cantatrice et devient gouvernante. Elle occupe divers postes, notamment à Potsdam, à la cour de l’empereur Guillaume II dont elle s’éprend en secret. De retour en Suisse en 1913, elle manifeste des sentiments religieux et antimilitaristes exaltés. En proie à une agitation croissante, elle est internée en asile psychiatrique dès 1918, à Cery (Lausanne) puis à la Rosière (Gimel), où elle demeure jusqu’à la fin de sa vie.

Ce livret a été publié par la Collection de l’Art Brut à l’occasion de l’exposition « Aloïse. Le ricochet solaire » (02.06 – 28.10.2012)