Le panier ne contient aucun article

Ajouter au panier
Parution2008
Nombre de page184 pages
Reliurebroché
Dimension23x28 cm
Contenuillustrations couleur
ISBN9782884740838

Bambous kanak

Une passion de Marguerite Lobsiger-Dellenbach

Collectif Sous la direction de Roberta Colombo Dougoud

Parmi les oeuvres les plus originales de l’art kanak figurent les bambous gravés de Nouvelle-Calédonie. Le Musée d’ethnographie de Genève possède l’un des plus beaux ensembles au monde, étudié par Marguerite Lobsiger-Dellenbach, qui fut directrice du Musée entre 1952 et 1967.

Utilisés comme bâton de voyage par les anciens lorsqu’ils s’aventuraient hors de leur village, ces bambous gravés, entièrement recouverts de motifs abstraits et figuratifs, sont des supports de mémoire et de récits illustrant les multiples aspects de la vie des Kanak, y compris l’irruption de la colonisation. Bien que leur production ait été interrompue au début du XXe siècle, quelques artistes contemporains se sont réapproprié un support et des techniques traditionnelles pour transcrire des préoccupations et une réalité d’aujourd’hui. C’est le cas de l’artiste kanak Micheline Néporon, dont le MEG a récemment acquis quatre bambous gravés qui complètent sa collection historique.

Ce catalogue, largement illustré de photographies couleur, veut rendre hommage à Marguerite Lobsiger-Dellenbach en présentant son travail d’ethnologue et sa recherche méticuleuse autour des bambous kanak, avec notamment la réédition d’un de ses articles. Dirigé par Roberta Colombo Dougoud, conservatrice du département Océanie du MEG, il met en valeur la collection de bambous gravés calédoniens du Musée, scrupuleusement détaillée par elle-même et Lorin Wu?scher. Un recueil d’articles de spécialistes de l’art océanien, tels que Roger Boulay, Diane Cousteau, Henri Gama et Carole Ohlen, porte un éclairage approfondi sur cet art replacé dans le contexte de l’archipel mélanésien. Un avant-propos de Marie-Claude Tjibaou, veuve du leader indépendantiste kanak Jean- Marie Tjibaou et présidente du conseil d’administration de l’Agence de Développement de la Culture Kanak (ADCK) à Nouméa, met en évidence la force identitaire des gravures sur bambou, toujours puissante dans la Nouvelle-Calédonie actuelle, pour contribuer au rayonnement de la culture kanak

MEG (Musée d'ethnographie de Genève)