Le panier ne contient aucun article

Ajouter au panier
Parution2011
Nombre de page192 pages
Reliurebroché
Dimension16.5x21 cm
Contenuillustrations couleur
ISBN9782884742399

Carnets d'architectes n° 8 - Emile Aillaud

Dominique Lefrançois, Paul Landauer Coédition Infolio / Éd. du Patrimoine

Emile Aillaud (1902-1988) est une figure à la fois centrale et marginale de l’architecture de l’après-guerre en France. Centrale par l’ampleur de son oeuvre, qui va des décors éphémères aux grands ensembles en passant par l’architecture industrielle. Marginale parce qu’Aillaud s’est toujours écarté de l’urbanisme rationnel dominant. Aillaud a profondément renouvelé l’approche du logement de masse (les Courtillières, la Grande Borne) et participé aux plus grands projets d’aménagement parisiens (la Tête Défense, les Halles). Il n’a eu de cesse de proposer une vision poétique de son art, fondée sur la courbe et la couleur. Aucune monographie ne lui avait été consacrée depuis 1983.

Dominique Lefrançois, docteur en urbaniste, est chercheure associée au Lab’Urba, laboratoire de l’université Paris-Est Val de Marne. Elle travaille plus particulièrement sur les questions des grands ensembles, de l’espace public, de l’insécurité. Elle a publié entre autres Jean Millier, un hussard de l’architecture, avec Alessandro Giacone (2008) et Ville et violence (2000).

Paul Landauer est architecte et docteur en histoire de l’architecture. Il est maître-assistant à l’école d’architecture, de la ville et des territoires à Marne-la-Vallée, chercheur à l’Observatoire de la condition suburbaine (OCS) et praticien du projet urbain et architectural. Il est notamment l’auteur de L’architecte, la ville et la sécurité (2009) et de L’invention du grand ensemble. La Caisse des dépôts maître d’ouvrage (2010).