Le panier ne contient aucun article

Ajouter au panier
Parution2008
Nombre de page210 pages
Reliurebroché
Dimension12x17.5 cm
ISBN9782884741330

Cent ans après ou l’an 2000

Edward Bellamy introduction de Thierry Paquot

Roman d’anticipation ? Utopie prospective ? Programme pour une réforme du capitalisme ? Looking Backward est un peu tout cela à la fois. Edward Bellamy utilise un procédé connu, transporter son héros dans le futur et le laisser découvrir les changements que la société a vécus durant un bon siècle. Julian West, jeune homme de bonne famille, s’endort en 1887 et émerge d’un long sommeil en 2000. Boston a considérablement changé, mais ce qui va l’étonner concerne le fonctionnement de l’économie, du travail, des loisirs, de la famille et de l’État. L’auteur emprunte à Thomas More et à son Utopie. Il décrit la vie quotidienne des habitants d’une communauté d’abondance, où le travail est obligatoire de 21 à 45 ans, les biens sont disponibles sur simple présentation d’une carte de crédit annuelle, le luxe public est d’un rare raffinement, le téléphone transmet des concerts et des soirées théâtrales aux particuliers, les rues sont équipées d’auvents mobiles qui protègent les passants des intempéries, etc. Cette uchronie résolument industrialiste et urbaine rompt avec l’urbanophobie et la technophobie de nombreux utopistes, qui rêvent de colonies rurales, sans hiérarchie et aux plaisirs simples.

Dès sa parution en 1888, l’ouvrage connaît un grand succès avec 60 000 exemplaires vendus, 300 000 en 1890 et plus d’un million à la fin des années trente, sans compter les nombreuses traductions Il était temps de remettre en circulation cette traduction publiée en 1891 et rééditée une seule fois, avant la Seconde Guerre mondiale.

Dans l’Avertissement à la première édition française, Théodore Reinach écrivait : « Nous avons déjà presque toutes les laideurs de la société future ; il ne nous en manque que les beautés : la réconciliation des classes, la paix perpétuelle, le crime aboli, la justice, l’humanité et le désintéressement fleurissant dans tous les coeurs… Puisse cette partie de la prédiction de M. Bellamy n’être pas la dernière à s’accomplir ! » L’an 2000 est là. Le rêve de Bellamy et de son traducteur reste un rêve.

Un classique de l’utopie dans la lignée de Thomas More, Fourier et Cabet, un roman qui renouvelle le genre du dialogue, un témoignage sur les préoccupations et les attentes du tournant du 20e siècle.

Edward Bellamy (1850-1898), journaliste et romancier, est né dans le Massachusetts. Après avoir commencé et abandonné des études de droit il travailla dans le monde du journalisme à New York et Springfield. Il quitta ensuite le journalisme pour se consacrer à la littérature, et publia entre autres plusieurs nouvelles. Il est considéré comme l’un des précurseurs de l’économie distributive avec son roman Cent ans après ou L’an 2000.

Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, professeur d’université (Paris XII), producteur de «Côté Ville» (France-Culture), est l’éditeur de la revue Urbanisme et l’auteur de nombreux ouvrages sur la ville et l’urbain.

Réédition, traduit de l’anglais