Le panier ne contient aucun article

Ajouter au panier
Parution2010
Nombre de page448 pages
Reliurebroché
Dimension12x18.2 cm
ISBN9782884748513

Le péril bleu

Maurice Renard

Le péril bleu commence comme un roman policier : on découvre, dans la campagne du Bugey, des débris humains disséminés. Progressivement, la vérité apparaît : les Sarvants, des extra-terrestres invisibles, explorent avec leur vaisseau spatial ce qui leur apparaît comme un vaste océan couvrant une planète étrangère : l’atmosphère terrestre. Ils y pêchent des créatures qu’ils étudient, dissèquent, classifient, conservent et exposent dans des musées, jusqu’à ce qu’ils découvrent par hasard que ces créatures sont capables de souffrir et de penser. Magnanimes, les Sarvants décident de mettre un terme à leurs expériences.
Une version télévisée a été réalisée par Jean-Christophe Averty, avec Jean-René Caussimon.

Un roman monté comme un mécanisme d’horlogerie : tout a sa place, tout fonctionne. Il réussit – conjonction unique – à marier fantastique et science-fiction, dans une atmosphère qui réunit la fraîcheur de la Belle Epoque et le charme du « polar » naissant. Un chef-d’œuvre de la littérature populaire.

Maurice Renard (1875-1939) passe son enfance dans une famille bourgeoise de Reims, où son père est magistrat, et dans la propriété familiale d’Hermonville, toute proche. Il fait ses études à l’école Monge à Paris. Très tôt, notamment sous l’influence d’Edgar Poe, Maurice Renard écrit des poèmes et des drames. Il fait un stage d’avocat, puis son service militaire, ayant toujours le désir d’être homme de lettres. Il publie un hommage à Victor Hugo, lu à la Comédie-Française.
Sous le pseudonyme de Vincent Saint-Vincent, du nom du clos Saint-Vincent qu’il possède à Hermonville, il publie en 1905 son premier recueil de contes,
Fantômes et fantoches. Son premier roman paraît en 1908, Le docteur Lerne, sur le thème du savant fou. Le voyage immobile paraît l’année suivante.
Maurice Renard s’installe à Paris vers 1910, des hôtes illustres fréquentent son salon, entre autres Colette, Pierre Benoit, Henry de Montherlant. Il publie
Le péril bleu en 1912, fonde la revue poétique La vie française, publie Monsieur d’Outremort et autres histoires singulières en 1913. Il participe à la Première Guerre mondiale de 1914 à début 1919 comme officier de cavalerie. Son roman Les Mains d’Orlac paraît en feuilleton en 1920, il sera adapté plusieurs fois au cinéma. Publication de L’homme truqué en 1921, d’Un homme chez les microbes en 1928.
À partir de 1935, Renard publie de nombreuses nouvelles et des feuilletons dans divers quotidiens et devient vice-président de la Société des gens de lettres. Il meurt des suites d’une opération chirurgicale à Rochefort.