Le panier ne contient aucun article

58.00 CHF
Parution2002
Nombre de page192 pages
Reliurerelié cartonné
Dimension17.3x24.5 cm
Contenu92 photographies en bichromie
ISBN9782884740029

Rrom

Les Rroms de Roumanie

Yves Leresche Texte de Blaise Willa

Hors cliché, ces photographies sont d’abord le fruit d’une amitié qui n’a pu naître qu’au fil de longues années chez les Rroms de Roumanie. Trente voyages, trente séjours passés sous tente, dans leur village et sur les routes, pour que les Rroms, lentement, ouvrent leurs portes. On y découvre une face inconnue des Tsiganes, leur travail au fil des saisons, la mort qui les frappe, la violence qui, parfois, les déchire, mais aussi leur amour, leur joie à fêter et à vivre dans cette nature qui est pour eux source de vie. Intimes, les images, prises durant dix ans dans une même communauté, offrent au lecteur-spectateur un face-à-face encore inédit : plonger son regard dans celui d’hommes et des femmes qu’il n’aurait jamais croisés autrement.

Né à Lausanne en 1962, Yves Leresche y vit et y travaille comme photographe depuis 1991. Auteur de plusieurs reportages dans le monde, il explore aussi une réalité géographiquement plus proche. Ainsi, il fige la vie nocturne lausannoise «Gueules nocturnes» (1985-1991), sillonne l’«Europe des Mers» (1992-1993), d’Odessa à St-Pétersbourg en passant par Gibraltar, rencontre les Rroms de Roumanie (1994-2002), se plonge dans la vie quotidienne du «Centre Islamique de Lausanne» (1997-1998) ou dans les habitudes consuméristes d’un canton romand «Mélange culturel et consommation dans le canton de Vaud» (2000). Son mérite a été reconnu et plusieurs prix, dont un World Press Photo en 1997 et le Prix Panorama Européen Kodak en 1995, lui ont été attribués. Lauréat 2001 du Prix Vaudois de la promotion et création artistique, membre de l’agence photo Lookat à Zurich, il collabore avec différents magazines suisses et internationaux. Né en 1966 à Lausanne, Blaise Willa y travaille aujourd’hui comme journaliste. Ami et compagnon de route d’Yves Leresche, il s’est rendu à deux reprises chez les Rroms de Roumanie.