Le panier ne contient aucun article

Ajouter au panier
Parution2012
Nombre de page144 pages
Reliurebroché
Dimension12x17.5 cm
Contenuillustrations nb
ISBN9782884746441

Science, Industrie et Art

Gottfried Semper Traduction d'Emile Reiber (1886-1887), adaptée et présentée par Estelle Thibault

Dans cet essai, Gottfried Semper tente de dégager les leçons de l’Exposition universelle de Londres de 1851. Il affine sa définition d’une science du style tout en abordant l’impact du capitalisme, de l’internationalisation des échanges et de la mécanisation sur les oeuvres architectoniques. Face à la « confusion babylonienne » que représente l’amoncellement des productions de l’art et de l’industrie des cinq continents, l’architecte esquisse un ambitieux programme pédagogique. Celuici conjugue apprentissage technique, formation théorique et projet muséographique, organisant le territoire de la création sur la base des quatre domaines d’activité supposés originaires – céramique, textile, charpenterie et maçonnerie.

Gottfried Semper (1803-1879), architecte allemand, est aujourd’hui considéré comme l’un des théoriciens de l’architecture les plus importants du XIXe siècle, aux côtés de ses contemporains Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc ou John Ruskin. Entre histoire de l’architecture et anthropologie de l’art, les écrits de Semper ont été déterminants pour le développement d’une réflexion moderne sur l’ornement et sur les arts appliqués, pour la compréhension de la notion de style ou encore pour l’émergence des hypothèses constructives du XXe siècle.

Estelle Thibault enseigne le projet architectural et l’histoire des théories à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville. Ses recherches portent sur les relations entre théories architecturales et sciences de l’esthétique. Elle a notamment publié La géométrie des émotions. Les esthétiques scientifiques de l’architecture en France 1860-1950 (2010).